Cornemuse.ch

Manufacture d’instruments & Tournage artistique

                                         Massimo Fumagalli

DE../cornemuse/willkommen.html
IT../Cornemuse_it/home_it.html
FRHome_fr.html
 
 

En 1977, j'ai émigré en Belgique (Melle) où j'ai commencé un apprentissage de jardinier paysagiste.

Lors d'une visite au marché traditionnel, j'ai observé comment Victor Nerinckx fabriquait sa cornemuse au tour à bois.

Comme j'étais friand de musique irlandaise, je voulais apprendre à jouer de la cornemuse (inspiré également par des concerts de Tannahill, Weawers et Body Band). Je voulais absolument  acheter un instrument à Victor.

N'ayant pas l'argent nécessaire pour l'achat, je lui ai demandé s’il pouvait m'apprendre à en construire une moi-même. Victor m'a pris comme aide dans son atelier.

J’ai donc appris à construire des cornemuses.

 

En ce temps-là, je vivais à Lozzo Scala (près de Padoue) où j’avais un atelier. Grâce au groupe de musique Calicanto, j’étais connu dans le milieu de la musique pour la fabriquation des cornemuses.  Quand j'ai déménagé en Suisse, j'ai perdu beaucoup de mes contacts et la fabrication de l'instrument a également diminué.

Depuis 2011, je vis dans le Jura Bernois  où j'ai réouvert mon atelier.

A un certain moment j’y suis arrivé et il en a résulté la première reconstruction de la Piva vénitienne en Italie du Nord.

Peu de temps après, j'ai développé ma propre conception, mais elle ne s'écarte pas beaucoup de l'instrument original.

Nous avons joué de ma cornemuse dans le groupe, et l'instrument servait de « PIVA » ou   « BAGA » Veneta.

Avec Calicanto, nous avons supposé que la Piva (Baga) de Agordo devait probablement être similaire à la Piva de Mareto, parce que cet instrument était joué principalement par des bergers et notamment  les bergers qui transhumaient pendant l’été avec leurs troupeaux des Appenins au sud du Tyrol. Alors, j'ai fait une première copie de la Piva de Mareto.

L'intonation de l'instrument était en quelque sorte entre Fa et Fa dièse, jamais possible à accorder pour les tonalités  que l’on utilisait dans notre groupe de musique.

Alors j'ai commencé à faire quelques modifications aux chalumeaux: nous avions besoin d'un instrument en Sol, pas trop fort car nous jouions avec des violonistes.

Nous savions qu'il y avait une Piva (cornemuse) en Vénétie : il y a plusieurs indications et images (par exemple une fresque au Castelfranco Veneto, dans la maison de Giorgione). Il s’avéra aussi dans nos recherches sur le terrain que jusqu'à environ 1880 / 1890, certaines personnes dans la région d'Agordo (un peu avant le Sud du Tirol), « jouaient d’un instrument muni d’un sac qui sifflait beaucoup et ressemblait à une chèvre. » Le dernier joueur serait mort vers 1890 et son instrument ne fut jamais retrouvé.

La musique de cette région pouvait clairement se jouer avec une cornemuse (Manfrine, Valsivien, Furlana etc.). Alors j'ai commencé à rechercher plus intensivement. J’ai rencontré « Bani » Ettore Losini qui avait reconstruit  le « Piffero delle quattro province ». Nous avons eu et avons encore une belle amitié, nous échangeons constamment nos expériences.

Bani avait à ce moment-là une « Piva emiliana » dans son atelier (cette fois un instrument original, la soi-disante « Piva di Mareto ») et  j’en ai profité pour prendre les mesures de cet instrument.

En 1980, je suis retourné en Italie : je voulais fabriquer des cornemuses et j’ai commencé avec des « Schäferpfeifen ». (Les mêmes modèles type Breugel et Moezelzak, comme je l'avais appris de Victor.)

J'ai pris contact avec la « Cooperativa Musicale di Padova », qui organisait des concerts et donnait également des cours de musique. Là, j'ai rencontré Roberto Tombesi qui, à l'époque, jouait de la guitare (il est aujourd'hui un excellent accordéoniste!). Ensemble, nous avons fait partie du groupe de musique « Mazariol ». En ce temps là, nous avons joué principalement des  morceaux celtiques.

Par la suite, poussé par l’envie de mieux me profiler dans le cadre de la scène folk, nous avons fondé le groupe « Calicanto» (voir aussi www.calicanto.it). J'ai été l'un des fondateurs avec Tombesi et je suis resté dans le groupe jusqu'en 1984.  L'idée du groupe était de faire principalement de la musique vénitienne avec des instruments originaux.

  Home

Histoire